mercredi 28 avril 2010

MONNAIES D'OUVRIERS. ( slam 6 )

mirage au dessus des nuages sage

MONNAIES D'OUVRIERS


Il fut un temps, où a dix ans,
L'humain n'était plus un enfant.
Des hommes très haut placés,
L'exploitaient en le faisant travailler.


     Monnaies d'hommes,
     Tu restes une moitié.

Ils n'étaient pas bien payés,
Mangeaient peu de nourriture.
Leurs supérieurs, très fortuné,
Les accablaient de besognes.
    
    Monnaies d'hommes,
    Tu restes une moitié.

Ils construisaient, de leur mains,
Des monuments inégalable.
Vinrent les guerres, la misère,
Ils sont massacré par les armées.


  Monnaies d'homme,
  Tu restes une moitié.

Détruire une valeur, c'est affaiblir,
Les ouvriers du monde entier.
Ils leur reste leur volonté,
Celui de trouver un coeur de pitié.


  Monnaies d'homme,
  Tu restes une moitié.

Ils pleurent plusieurs Dieux,
Avec espoir, trouver de l'attachement.
Les maladies les enivrent,
leur pauvreté ne peut le supporter.


  Monnaies d'homme,
  Tu restes une moitié.

Toutes promesses les contentent,
D'illusions qui les déconcentre.
Leur faiblesse intellectuelle les traîne,
Sur une route ou la valeur est travailler.
  
  Monnaies d'homme,
  Tu restes une moitié.










JJM   



  

MONNAIES D'OUVRIERS. ( slam 5 )


mirage au dessus des nuages sage





MONNAIES D'OUVRIERS

        La dure réalité,
        Pour tout oublier.

L'avenir a changé, ils ont tous évolué,
Leurs pas les guident impunément,
Comme de vrais géant ils foncent,
Sans remords vers la marche de l'effort. 

        La dure réalité,
        Pour tout oublier.

Personne n'a de raison, y a pas de ténor, 
Les actions les trains vers le confort,
Une nouvelle façon de faire du réconfort,
Pour ceux qui les manipulent a tort.

       La dure réalité,
       Pour tout oublier.

Le passé est loin et devant les avantages,
Ils oublient que ça demande une image,
Celui de redonner a leurs grands mages,

Le trop perçu comme leur partage.

      La dure réalité,
      Pour tout oublier.

La déclaration des revenu, sans tricher,
Pour les soins ce sera pour vous simplifiés,
Les condamnations ne serons pas effacé,
Même un petit vole ne sera épargner.

     La dure réalité,
     Pour tout oublier.

Maintenant, pour vivre ils partent pointer,
A l'université des chômeurs marqués,
Malgré leurs malheurs accumulés,
Ils restent toujours des déshérité.

     La dure réalité,
     Pour tout oublier.

Cette valeur humaine, la société la divise,
la multiplie ou la diminue, selon les attributs,
La nouvelle monnaie n'est plus l'ouvrier,
Mais le calcule des chômeurs évalués.

   La dure réalité,
     Pour tout oublier.

              JJM