lundi 13 décembre 2010

LE MOUROIR DES LÉPREUX ( nouvelle n 44 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

LE MOUROIR DES LÉPREUX


         Mon père ma fait part d'un livre de recueille journalier de mon grands père que je n'ai jamais rencontré. L'écriture, en Grecque, raconte son passé . J'apprends par cette voie que ma grande mère était lépreuses et que cette maladie fut mis en doute et toute la  population de Crête qui chassait ses malades sur une île accessible par bateau, dans la forteresse de kalidona situé sur l’île de Spinalonga. Les exclusions systématique des lépreux en 1909 suite a la demande de la société de pathologie exotique fit regrouper dans des léproseries, les personnes malades par mesure essentielle de prophylaxie. Il y avait  400 personnes vivants en communautés organisé avec des corps de métiers comme dans chaque village Crétois. Très souvent il n'y avait qu'une personne malade dans un couple. Ils avaient peu d'aide dans le but que ce manque de soutient les anéanti plus rapidement . Mais, il n'en fut rien, au contraire, la statistique sur la mort des personnes ne dépassait pas la mortalité des habitants de Crête ???
       Je vous résume son histoire qui n'eut intriqué.  Avec  mon voilier je rejoins l’île pour m'inspirer de son passé et surtout tenter de comprendre comment une population de 400 habitants puissent y vivre aussi longtemps ?




  
    " La lèpre, est une maladie infectieuse chronique dut a une bactérie proche de l'agent responsable de la tuberculose, elle touche les nerfs périphériques de la peau ainsi que des muqueuses , des infirmités sévères marquent le malade. La lèpre est une maladie peu contagieuse.Longtemps incurable et très mutilante elle avait fait de nombreuses exclusions sociale. A ce jour elle est traitable par prophylaxie"


Résumé du livre de mon grand père.


       1920, en  janvier notre déplacement de la caserne prison de Nikolaos  se fit dans un chamboulement total. Il fallait faire vite, les gens de la ville nous repoussais malgré que mon entreprise de bijoux tournait confortablement. Nous ne somme pas pauvre mais l'argent n'achetait pas la peur des gens qui prétendaient que la lèpre de ma femme était contagieuse. 
il nous ont tout réquisitionné même nos papiers  de famille . La peur dans le ventre nous acception cette maladie car d'après l'église, c'est un signe envoyer de Dieu. Pour mon fils       ( mon père ) qui avait ses 15 ans, je me suis arrangé avec mon frère pour qu'il le fait partir dans un bateau français comme mousse pour pouvoir rejoindre la France la, il pourrait se refaire une vie . L'amour que j'accorde a ma femme n' a pas de limite je décide de l'accompagner a la forteresse de Kalidona sur l’île appelé Spinalonga. 
   Nous débarquons du bateau qui nous eut déposé devant la forteresse de Kalidona , plusieurs personnes font partie de notre convois.


La peur nous emportent vers un cite qui jusqu’à présent était inconnu pour certains de nous autres mais pour moi, pécheur durant mes temps libres, il arrivait que je passe par la lorsque je faisais des achats a Elounda . Les ruelles étaient en pierre de taille, étroite et ombragé car le soleil exprimait toute sa valeur en chaleur.


Les maisons sont en ruine, on a du pain sur la planche. Chaque artisan est appelé par son métier. Moi on m'appela le joaillier a coté de notre maison il y a le boulangé, tous les matins une odeur agréable de pain  enivre notre maison. l’île n'est pas bien grande, pour 400 personnes, les habitations sont petite et de plantation il n'en était pas question. Ce fut un amoncellement de débrouille qui fit de nous autres de bon compagnons. Quant on quittait Spinalonga en cachette, et que nous retrouvions un village, personne ne parlais de notre situation, il y allait de notre vie. Ma bijouterie rapportait gros car j'allais écouler ma marchandise dans les ports environnant. La qualité de mon or et de mes diamants sont d'une finesse exemplaire. Personne ne demande d'où vient toutes cette richesse qui permet d’obtenir de l'huile de chautmoogra auprès des navires venant de l’étranger, elle permettait de soulager les douleurs des malades. Notre marchandage est bien rodé  et personne vient nous importuner. La société nous a bien  laissé pour compte. Un curé fait partie de notre communauté, son visage est défiguré, comme ses mains qui ont  du mal a  tenir un objet quelconque. Avec lui nous avions décidé qu'a notre mort, lorsque nos corps ne sont plus que des os ; l'or que nous portons revient a l'église et comme il n'y a que peu de place dans le cimetière, nos os retrouveront la fosse commune situé au fond a droite des 40 caveaux recouvres de plaques taillé dans du rochet vulgaire.
         Je partais souvent, et ma connaissance de chaque grotte et  recoin, où les poissons vivaient, me permettaient de ne revenir bredouille.



   Dans les collines des alentours et sur les falaises escarpé des chèvres ( KriKri ) sauvage permettaient de chasser pour rapporter de la viande fraîche. La communauté décide de faire une nouvelle ouverture, une petit port supplémentaire où les bateaux arrivent a accoster facilement.  


 Pour ne pas oublier, que notre richesse venait du trésor de l'empire Ottoman, je marque dans mon livre l'emplacement où se trouve ce trésor. Je vous la dévoile en décimant  une pyramide vieille de plus de 7000 ans dans la quelle une grotte permet de suivre le chemin jusqu’à l'emplacement du trésors. Comme les notables Crétois  nous ont condamné en nous plaçant  sur cette île avec un minimums vitale , dans le put de nous faire disparaître , petit a petit , notre pouvoir de disposer de cette  mystérieuse richesse nous eut sauvé. Malgré que Dieu nous eut condamné avec la maladie, il nous a aussi guidé pour trouver ce bien qu'on a mérité.
   Sur les hauteurs ensemble on a tous construire un hôpital,  il a permis de nous soigner. Tous les habitants ont vécu normalement par la suite, il fur placé dans des hôpitaux des grande ville où ils ont réussi a les soigner.


       
    Le dernier habitant , le prêtre voulait terminer sa vie sur l’île, il  y vécu jusqu'en 1962. 


                                JJM
A ce jour, 13 ,12,2010, 1009 lecteurs de 28 pays
A ce jour, 30, 08,2013, 701035 lecteurs de 64 pays