jeudi 23 février 2012

RESSUSCITER ( nouvelle 89 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

RESSUSCITER

          Pour que naisse la bonne foi, une bonne entende vas de sois, entre voisin ; voila le sacre d'une résonance de valeur. Par cette concordance la, l'on peu ensemencer une réplique administrable pour nous tous. La bonne entende entre familles est une culture digne d'un renom car elle trouve sa racine dans nos moeurs.

     Nous somme deux couples d'une trentaine d'année, qui enjambons cette histoire avec harmonie. Nos relations se concrétisent par un comportement amical et très social. Je suis le père de deux filles, Pauline eut ses huit ans voila de cela deux mois, quant a Claudine, elle fête ses dix ans ce jour ci. Pour cette fête, je fait part d'un mignon petit chien bâtard, tout gris, qu'elles ont nommé Tintin. Je me gave de sentiments car elles lui accordent des badinages amusants.
   Lorsque cette animal se déplace, il se gambade fièrement comme le pas d'une danseuse . Je pense que c'est par ce comportement la qu'il exprime son bien être et sa joie envers son entourage. Nous lui accordons une totale liberté qui lui permet de se déplacer sur le gazon entourant la propriété. Nos voisins admirent cette coordination par le reflet de leur  amitié . Cette référence reflet une sagesse réciproque. Nos voisin ont une fillette de neuf ans, elle s'appelle Clarisse. Comme compagnon de jeux, elle chérie avec amour un lapin nain, aux poiles rouquin et aux oreilles pendante. Cet animal l'accompagne partout par de petits sauts gracieux. Clarisse la nommé Paul et le chérie comme un proche. Le lapin manque de liberté pendant l’absence de ses maîtres car  il se trouve dans une petite cage que recouvre un toit en tuiles plate. Une porte fait de grillage métallique lui  permet d'observer l'environnement et son compagnons de jeux, notre chien Tintin.
   Surprenante histoire que de savoir que les deux animaux partage avec sympathie leur jeux, comme le font leurs jeunes maîtresses. 
   Le hasard voulu qu'un jour je suis seul avec Tintin dans le jardin sans que mon voisin et que nos enfants sont présent. Tintin éprouve une joie dans ses gambades fougueux et joueur a la fois. Je travaille peu car je lui accorde toute mon attention. Le printemps fait ses premiers pas et la terre émet son odeur de vie provoqué par ce réchauffement. Je me prépare a ensemencer. 
   Attentif a mon action, je ne prête plus  attention a Tintin qui a disparu subitement. Je l'appelle a plusieurs reprise ; puis il se présente a mes pieds, fière comme un chien de chasse avec dans sa gueule un lapin nain très boueux et rouquin ? Malheur de malheur, il porte dans sa gueule le lapin de nos voisins ? Je doute de la bonne foi de mon chien car le lapin est rouquin mais aussi recouverts d'argile et de sciure de bois ? Mon attention épouse une inquiétude et ma stupéfaction de drôle de conclusions. Le lapin ne montre la moindre résistance et accepte avec joie que Tintin le porte dans sa gueule comme le ferais une mère. Quelle chance pour moi, que ce lapin vie encore, j'eus prit peur que Tintin l'avais tué. 
Je dois impérativement remettre ce lapin dans sa gage sans que mon voisin ne remarque la moindre trace. Je nettoie le poile de ce petit animal avec sois et toute mon attention. Je veux rester en bon terme avec mon voisinage . Je fais de mon mieux puis replace ce lapin dans dans sa cage que recouvrent des tuiles plates. Dans sa gage aucune brindille de paille ni de foin ne recouvre le sol ? Je pense que c'est un oublie de mes voisins. Je retourne dans mon jardin avec l'intention de priver de liberté mon chien Tintin suite aux prouesses qu'il eut manigancé.
   Les journées qui passent me rapportent une certaine inquiétudes, je me demande ci mon voisin eut remarqué les actions qu'eut mené mon chien ?  Aucune remarque arbitraire ne circule dans notre voisinage, donc, j'exalte ma conscience.
   La rencontre avec mon voisin, deux jours plus tard, reste des plus sympathique ce qui permet de mettre en discutions certaines plaisanteries. Il aime me raconter des histoires drôle mais, lorsqu'il entreprend celle de son lapin nain, je garde en réserve certaines remarques . Je l'écoute comme un sagesse,
    (- Chère voisin, cela fait quatre jours que notre lapin fut frappé par une mort soudaine. Je l'ai enterré dans le jardin et, miracle, deux jours plus je retrouve le lapin dans sa cage aussi beau qu'avant ? Quelle joie pour mon enfant, je me demande ce le lapin n'a pas ressuscité. )
    Je garde le silence comme un stupide curieux qui se demande ci effectivement ce fut le lapin Paul que j'ai placé dans cette cage ? Quant pensé vous ? 


A ce jour 9045 lecteurs de 51 pays.






JJM
Enregistrer un commentaire