lundi 19 septembre 2011

BRUIT DE CHIEN ( nouvelle n 80 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.


BRUIT DE CHIEN


             Le chien , cet animal aux quatre pattes onglé, se mut dans la cour comme un propriétaire dominateur. Pour que sa valeur se remarque, il aboie avec fierté lorsqu'il sent que le doute vient le menacer. Son long poil fauve, fidèle aux caractère du setter irlandais, eut retenu mes sentiments admirateur. 
    Cette admiration la a fait que je suis devenu propriétaire d'un chienne répondant au son d'Elodie. Mes enfants en sont ravie,  autant que toute la famille.  Elle a un comportement sportive et nerveuse, n'a pas peur de l'eau même gelé , et chasse a toute mêle. Elle répond aux sifflets immédiatement sur le chant, quant elle part a la chasse de gibiers. Aucune race de chien ne sut rivaliser son enthousiasme et sa rapidité .  Quant je me promène en vélo,  j'ai du mal a la suivre. Son caractère de chasseur d'oiseaux d'eau déniche n'importe quel poule d'eau caché derrière les ronces ou les roseaux. Son attention ne perd nul raison et ma fierté accumule des satisfactions. Je la chouchoute avec bonheur pour la coordination de son obéissance.  

   Viennent les périodes de vacance, la,  l'interdiction d’emmener des animaux dans les maisons familiale, nous oblige de la placer dans une autre famille  . Ma soeur se propose de la garder durant notre séjour. Cette résolution demande la mise en place de toute une organisation; elle ne manque de faire écot dans notre environnement. Pour la transporter, on emporte sa niche en bois, sur une distance de dix kilomètres. C'est avec l'aide d' une petite remorque , attelé a mon véhicule, que je fais le déplacement. La chienne reste dans la niche, fière de son déménagement. Le voisinage en sourie et la chienne aussi car elle apprécie, en aboyant de satisfaction.
   A notre retour de congé, sa joie est sans pareille, elle nous fait la fête a merveille. Notre bonheur de retrouvailles nous soude avec une parité exemplaire. Le voisinage de notre rue nous félicitaient avec attention. 

   De la cour Elodie observe toute anomalie étrangère dans les maisons voisine. La présence de personnes étrangère la révolte plus que tout. Elle aboie plus que tout. L'alerte résonne entre les hauts murs de la grange accolé a notre garage. Tout le voisinage en est averti car tous les chiens donnent le la. 
   Un soir, son alarme répétitif trouble la tranquillité de notre voisin le plus proche de notre habitation. Il y vas de sois que la nuit est faite pour dormir. Je l'entendais Elodie et me trouvais dans une fâcheuse position. J'eus beau la rappeler a l'ordre rien ni fais. 
   Au matin, le voisin vient me trouver. Je ne fut pas fière et attendais une réflection sur le comportement  de la chienne durant cette nuit. Le voisin me fit part de ses remarques  en me faisan comprendre que le chien eut provoqué son insomnie.  Je tente de m'excuser avec 
peu d'explication  et qu'il est possible que ma chienne eut entendu une anomalie quelque part ? 
   La nuit suivante, ma chienne répète son acharnement en aboyant plus fort et plus longtemps. Son comportement me gène plus que tout car, certain, mon voisin me réserve une réplique sur le vacarme de l’animal. Quant soudain, le chien devient calme ; plus un seul son ne sort . Le lendemain, le voisin ne me fit la moindre remarque ? J' en suis tout étonné ?
  Les cinq nuits qui suivent aucun aboiement ne se fin entendre. Il est vrais que ce calme est appréciable. Je me réjouis car ce dimanche là, un surplus de somnolence nous fait a tous le plus grand bien.
  Le soleil clame sa clarté, une journée agréable peut être entamé. Ses rayons traversent les aérations de nos volets en bois de pin pour nous rappeler que que l'avenir se trouve sur la pelouse de notre jardin ; là où les charbonnerais clament leur joies avec des sifflements attirant leur compagnie.
  Nous prenons le petit déjeuné sur la pelouse et notre voisin nous retrouve pour nous faire  par de la bonne nuit qu'il eut passé. Je trouve que son comportement est étrange.  Sans se retenir, il explique fièrement,
    ( - Durant toute la semaine j'ai donné, a la tombé du jour, des somnifères a votre chien en les plongeant dans une saucisse. )
  Sur le moment , ces révélations me paraissent honteuses . Un silence règne durant 3 minutes. Ma femme et moi ne donnons de réplique, on est comme sidéré. Puis le voisin continu son histoire
   (- J'ai remarqué que des voleurs de poule se sont introduit dans le poulailler en coupant le grillage et que toutes mes poules ont disparu. )
   Je regarde ma femme en hanchant les épaules est elle me dit ,
   ( - Un chien est fait pour garder la maison pas pour dormir. )
   La stupidité de certaines personnes pas par des actes pas normal .


JJM






















A ce jour 2714 lecteurs de 45 pays