lundi 11 juillet 2011

L'AIDE MÉNAGÈRE ( nouvelle 77 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.


L'AIDE MÉNAGÈRE



          Mon métier,je suis une aide ménagère. Ce n'est pas une référence et pourtant je l'aime comme le plus beau des sacrements. Je vous parle de mon gagne pain, pour vous raconter une petite anecdote qui eut tourné une émouvante page dans ma vie.


   Je m’occupe d'une Dame au grand âge pour qui l’âme de la réflection prime avec celui de la consécration. Elle sent que le voile , dut a son grand âge, l’entraîne vers son dernier voyage. Sa sagesse reste dominatrice malgré que son comportement dépareille ses mouvements. Elle a de la peine a se tenir seul debout. Pourtant, cette vieille Dame, possède un certain charme qu'elle émiette autour d'elle par des actions faites de bondées. Un petit chien reste son dernier compagnon. Je ne connais pas l' âge du chien car mon attention  se désoriente sur son comportement vif et joueur comme un chiot. Ses poiles sont tous en bataille, il a bonne allure et me fait penser a une peluche. Sa couleur de sable claire brille d'une propreté respectable, quant a sa petite tête , un peu ovale, me fait penser a un ballon de rugby . Son caractère, très joueur reflète une sympathie  endoctrinante. Son museau comme écrasé, a la couleur d'une tuf de chocolat amère. Pour ces oreilles pendante, elles raclent le sol comme deux serpillières. Il ne cesse de sauter de canapé en fauteuil avec un certain orgueil. Il s'attache a moi qui joue avec lui a chaque fois que je me déplace. Cette petite boule ne me quitte d'un pas et parfois se frotte a mes jupons a chaque occasion. La Dame a remarqué notre collaboration et le respect que je porte a son petit chien d'accompagnement. Je lui attribut mille caresses rempli de juste sentiments. Ils deviennent pour lui une riche récompense car sa patronne , vu son état de santé, n'arrive plus a jouer avec lui. Mon affection pour ce petit chien n'a pas de limite.    
   La Dame remarque mon comportement et approuve mon attention par la forme d'une grande satisfaction. Elle me dit d'un air sincère,
      ( - Madame, vous portez beaucoup d' affection a mon petit chien, j'admire votre comportement. Je conclue que votre personne mérite l'attribution d'un héritage. Pour cela, je vous fais part dans mon testament de  mon petit chien et d'une forte somme d'argent pour le nourrir jusqu'à la fin de ses jours. )
     La brave Dame me fait un grand honneur mais, pour ma part je filtre une sincérité qui ne peut accepter cette proposition. Mes pensées se tournent vers un inconvénient qui ne répond pas au bien être de petit chien car, j'ai déjà un chien a la maison. L'équilibre de ma famille en serait bouleversé. Je tente d'expliquer dans bien que mal que je suis incapable d'assumer le bien être de cette peluche vivante. Elle me répond
      (- Votre franchise, madame, réveille la juste marque de vos excuses. Je préfère cela et j'approuve votre raison. Je vais trouver une autre personne a qui je ferais part de mon chien et d'une partie de mon héritage. )


      La maladie entraîne la vieillesse vers un avenir sans fin. Pourtant pour moi ce fut une fin car la présence de cette Dame et de son chien blancs, me marqua profondément. 


      Le temps épouse les jours mais, un matin  une lettre recommandé m'invite auprès d'un cabinet de notaire. Cette convocation trouble mes pensées, a tel point que mon comportement est perturbé. J'évoque des inquiétudes pas encourageante. Je n'ai pas de famille a l'allure mondaine dans mon entourage ? Mes souvenirs tentent d’enchevêtrer  des réfections mais ils se muent d’angoisses et de suppositions. Je me laisse guider par des rêves qui ne sont que des chimères. De vieux souvenirs réveillent certains passages rocambolesques. Parmi eux, la proposition d'un héritage qui me vient en mémoire, et ci, ce serai ce petit chien fougueux et joueur que l'on m'attribue en héritage ?
   Dans le cabinet du notaire j'apprends une toute autre version car, l'héritage de cette brave Dame ne parle pas d'une valeur vivante , tout simplement d'une valeur toute sombre, un grand tableau peint avec des couleurs âpre et presque noir. Son cadre reflète la même lumière, sombre et amer. Sur la toile, craquelé, une poussière centenaire cache la signature du maître.  J'accepte cette toile avec médisance car je n'envisage nullement de le suspendre sur  un mur de mon habitation.  J'envisage de le placer dans le grenier .  



    Les années ont effleuré mon âge comme tout ce qui rend hommage. Les souvenirs suivent le chemin de l'oubli comme celui de cette vieille Dame et le tableau que j'eus hérité. Mes enfants ont grandi et leur connaissance aussi. Pour mes temps libres je me laisse guider par mes enfants qui me proposent  de visiter une exposition de tableaux de grand maître dans un musée de la ville de Bâle. Je ne porte pas même une virgule d'attention sur toutes ces valeurs qu'ont prime de grandeur. Arrive un moment où, surprise, je me laisse séduire par une vague de ressemblance avec le tableau qui se trouve égaré dans le fond de notre grenier. Je chuchote quelques mots a mes enfants car autour de moi, une foule de connaisseur et d'admirateur se bousculent de curiosité et d'émerveillement. Mes enfants prennent au sérieux ma déposition ; sans contour ils consultent , dans le musée, l'organisateur et le responsable de cette exposition. Notre requête tombe sur une réponse surprenante. Ce tableau noir , que je possède, fait partie de la collection de ce grand peintre. Notre sombre tableau nous éclaire d'une richesse que nous avions estimé. L'organisateur me demande ci je possède d'autres tableaux de cet artiste ?
       Avec l'indication de cet organisateur nous placions le tableau dans une enchère de la ville de Bâle. Le commissaire priseur mit en vente le tableau avec toutes les gratitudes culturelle sur sa réalisation. Il fut acquitté par une personne qui fit part d'une ristourne de plus de 160 000 francs Suisse.
       Souvenir d'adieu ou geste de compliment, je garde une fierté riche de ce moment,  en sentiments mais aussi triste en sagesse car cette vieille Dame méritait que je lui accorde plus d'attentions.
       








JJM




a ce jour , 11 07 2011, 1832 lecteurs de 42 pays
a ce jour , 16 03 2013, 51891 lecteurs de 65 pays