mercredi 2 mars 2011

LA RIZIÈRE (-COMÉDIE MUSICAL ACTE n 4 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.
  ACTE N4
LA RIZIÈRE


          (- Dom,dom, dom, dom,
              Ça tonne dans les airs,
              Dom,dom,dom,dom,
              Ça tonne tout haut. )

          Le regard du vieille homme se promène pour observer, les femmes et les enfants qui travaillent avec acharnement. La pauvreté a prit racine et l'incertitude ne laisse plus de relâche. Leur gaieté c'est fané et ils chantent,


          (- Il y a des gens qui pleurent, leurs sentiments,
               Il y a des gens qui contournent leurs châtiments
               Il y a des enfants qui oublient le bonheur,
               Et celles qui cachent tous leurs malheurs,
               Il y a celles qui dévient les profiteurs,
               Avec une profonde faim dans leurs coeur,
               Il y a tous celles qui travaillent avec labeur,
               Et puis ceux qui se battent pour ne pas mourir. )
     
            Le temps s'écoule et les malheurs naissent.


          (- Dom, dom, dom, dom,
               Ça tonne dans les airs,
               Dom, dom, dom, dom,
               Ça tonne dans le fond.
               Dom,dom,dom,dom,
               Il arrivent de gens nouveau ? )




 Des soldats de passage se ruent sur tous ce qui leur tombe sous la main. Les femmes sont violé et les enfants battu, le vieille homme devient la cible d'un fusil, son attention ne dom plus. Les villageois lui  réservent un emplacement près de la maison de prière.
         C'est un jeune garçon qui fait le guetteur.  Élise a beaucoup de peine elle l'exprime dans un lettre et chante,


          (- Laissez nous vivre, laissez nous chanter,
               Laissez nous vivre, laissez nous rêver.
               Je t'envoies un sourire, et une caresse,
               Je voudrais te chérir, je voudrais t'aimer.
               Quel malheur que de vivre sans liberté,
               Mais quel honte de ne pouvoir t'aimer. )


            Yang se trouve au front, le danger est grand. Il tire très mal et fait mouche a tout bout de champ. Il vise aussi mal que la mal qu'on lui a fait. Les compagnons qui l'entourent ressentent la même conclusion.  Le courrier a de mal a suivre. Il lui reste l'illusion de ses amours et du retour. Les tires d’obus se multiplient , les soldats chantent ,


          ( - Ça tonne dans les airs, ça gronde dans le fond,
                Ça gronde la haine, le sang coule a flot,
                Ça gémi dans les hôpitaux, on y meure pour pas un rond,
                Ça sent la chair âpre, a la charge du clairon,
                Ça frise la mitraille, pour tomber par million,
                Ça chiffre les  martyres pour pas un rond. )


           Yang écrit sa peine a Élise, il chante ses écrits,


           ( - Un peu d'amour, un peu de joie,
                 Voila ce que je rêve de toi,
                 Un peu d'amour, un peu de foi,
                  Voila ce que je tient de toi  ,
                  Un peu d'amour, un peu de soie,
                  Les obus tombent, j' arrête la . )


         La bataille fait rage , son espoir reste sa lumière. Dans la rizière, Élise ouvre le courrier, elle ne tarde de lui répondre dans un chant qu'accompagnent les enfants, sur le bruit de tambourin.


           ( - Yang, aime moi, dans tes pensées,
                 Je le ressentirais dans mes donnés.
                 Toutes mes nuits je ne fait que rêver,
                 De ces rêves qui nous unissent a jamais.
                 Yang ta peine je le ressent,  présente,
                 Prend garde a toi, je t'attend ne m'oublie pas. )


        Élise féconde un enfant, la sage femme du village l'a remarqué et lui en fait part. De nombreuses femmes ont subit le même sort. Élise a honte, elle a bafoué les promesses faite a Yang.
        Sur le front, Yang lit la lettre , il lui répond,


          (- Je rêve de ma rizière,  Loin d'ici,
               Je rêve de mon village et mes amis,
               Et je pleure ma peine car je suis ici.


               Ta tendresse est lointaine,
                Soudaine reste mes acquits,
                Je retrouve dans mes rêves ta vie .


               Je rêve de ma rizière, loin d'ici ,
               Je rêve de mon village et mes amis,
               Et je pleure ma peine car je suis ici.


              Je suis l'étoile qu'on a choisi,
              Elle me guide comme un ami,
              Des balles sifflent je me met a l'abri.


              Je rêve de ma rivière, loin d'ici,
              Je rêve de mon village et de mes amis,
               Et je pleure ma peine car je suis ici.


               Je ne suis pas un guerrier, je tremble,
               Tremble que de devoir tuer,
                Je vise très mal, je veux t'aimer.


Élise répond a cette lettre,


              (- Yang, je ne tremble pas,
                  Quant je pense a toi,
                   Je n'ai pas le moral,
                   Revient vers moi.


                   Mon coeur est fait ,
                   Que pour toi,
                   Je résiste même a la,
                    Mauvaise foi.


                   Yang , je ne tremble pas,
                    Quant je pense a toi,
                     Je n'ai pas le moral,
                     Revient vers moi.


                     J'ai gardé ta fleur
                      Au dessus de mon lit,
                     Elle me donne la chaleur 
                     Qui marque nos nuits.


          L'actualité fait résonner une bonne nouvelle, la fin de la guerre . La joie retrouve son chemin. L'ensemble des acteurs chantent,
            
            (- Ça tonne a bon air, ça sonne dans le fond,
                 Ça plante dans les rizières avec des chants nouveaux,
                 Les retrouvailles se tardent , cela semble long.
                 La joie est l'arbitre de cette bonne raison,
                 La vie retrouve le rythme de la gestation,
                 Les enfants jouent avec les trais de la raison.





            (- J'exprime dans le front,
                 Tout ce désespoirs,
                 En clament la victoire,
                 Comme une floraison,
                 D'un rêve plus que beau.


                 La victoire est l’audace,
                 De raison sans blason,
                 De ce sang coulé,
                 Pour des objections,
                 D'une odeur de conspiration.


                 Une page est tourné,
                 L'histoire c'est ainsi,
                 Mais les marques tracent,
                 Le futur de notre vie,
                 Sans demander notre avis. )


       Les oiseaux se mettent a siffler, la vie reprend, les gens chantent,


              (- Oublis les ennuies de la guerre,
                    Le mal de naguère,
                    Ce passé vulgaire,
                    Mais pas ceux qui sont en terre.


                    Regardes la paix qui naît,
                    La vie reprend dans la rizière,
                    Les oiseaux chantent a nouveau,
                    Les enfants danse dans l'eau,
                    Regarde ont travaille de nouveau.


                    Oublis les ennuies de la guerre,
                     Le mal de naguère,
                     Ce passé vulgaire,
                     Mais pas ceux qui sont en terre.


                    Observes la joie sur nos visages,
                     Cette gaieté retrouvé ,
                     Les maisons réouverture l'été,
                     Les joncs pousse vers la clarté,
                     De notre liberté retrouvé.


                     Oublis les ennuies de la guerre,
                      Le mal de naguère,
                      Ce passé vulgaire,
                      Mais pas ceux qui sont en terre.


       Les villageois attendent patiemment,


                (- Dom, dom,dom,dom,
                    Ça chante dans les airs,
                    Dom,dom,dom,dom,
                    Ça tonne de nouveau,
                     Dom,dom,dom,dom,
                    Les soldats reviennent, )


          Des soldats reviennent , avec des blessures multiple. Yang cherche Élise, elle n'est pas au rassemblement ce qui l'intrigue. Ils remarque que les enfants du village ont grandi, mais ils y a aussi des tout petit. Yang se dirige vers la rizière, assise sur un tronc, une jeune femme se couvre le visage pour cacher ses pleurs et a coté d'elle un tout petit enfant qui se repose dans une corbeille. Yang se rapproche , c'est Élise, il lui caresse ses longs cheveux noir et lui chante,


                (- Femme , oublis le mal,
                     Ce vacarme qui se fane,
                      Drame de notre passé,
                      A nourrie notre fidélité.


                     Une triste page a tourné,
                     L' histoire n'est pas arrêté,
                     Notre avenir a commencer,
                     Avec ce belle enfant a tes cotés.


                     Femme , oublis le mal,
                     Ce vacarme qui se fane,
                     Drame de notre passé,
                     A nourrie notre fidélité.


     Le couple s'embrassent puis chantent,


                  (- Laissez nous vivre, vivre,vivre,
                      Libre, libre, libre, libre,
                      Laissez nous rêver, pour l'éternité.
                      Laissez nous aimer a jamais,
                      Laissez nous oublier a tout jamais. )


    Tous les villageois chantent,


                  (- Ça tonne dans la rizière, ça sonne a nouveau,
                      On oubli la misère, la vie reprend de bon,
                      La vie retrouve ses chants, air de renouveau,
                      On aime notre rizière, son charme très beau,
                      Tout le monde s'anime et bouge comme l'eau,
                       Pour faire fructifier cette air avec les oiseaux,
                       Ça tonne dans la rizière du travail pour de bon.


                       Dom,dom,dom,dom               
            


                                                          JJM