vendredi 11 février 2011

AU SOUFFLE DU VENT ( poésie n 264 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.


AU SOUFFLE DU VENT



Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent,
Que la joie partage notre bonheur.

Je détient cette bonne raison,
De lancer vers tous les horizons,
Les paroles propre a cette fusion.


Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent,
Que la joie partage notre bonheur.


Pour faire circuler cette action,
L'écrire ,avec une mission ,
Les diriger en bonne raison. 


Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent,
Que la joie partage notre bonheur.


Le vent de la toile les traîne, ,
Sous forme d'ondes qui nous enchaîne ,
A la raison de vous séduire.


Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent,
Que la joie partage notre bonheur.


Ils n'ont acquit de tempête,
Dans le virtuelle du net,
Toutes mes lignes honnêtes. 


Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent,
Que la joie partage notre bonheur.


Il se peut que les lignes pleurent,
Car elles aussi possèdent un coeur,
Celui de dénoncer le bonheur.


Au souffle du vent je lui dédis,
Ces belles phrases qui prédisent, 
Que la joie partage notre bonheur.




















JJM



















SALLE COMMUNE ( nouvelle 66 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

SALLE COMMUNE


             Notre partie de chasse se termine sur un tableau de tire bien garnie. L'on peut y compter deux chevreuils, trois sangliers, vingt lièvres et quinze volatiles donc trois faisans et douze perdreaux. Pour une chasse bien garnie, notre satisfaction récolte l'atout d'une bonne foi. Cette journée d'automne, humide et claire, s’achève sous le signe de notre victoire. Je véhicule une profonde sensation de joie dans ma présence d’esprit qui m'incombe d'une allégresse sans pareille ; elle me déferre de mes soucies journaliers. Est elle volatile cette monté astérisque ou tout simplement fertile en sensation concluante de réussite ? Je laisse passer ce stratagème comme simple virgule et compare cette suite comme étant le début de l'opposition, celle qui perturbe le bien être de l'activité d'une vie politique. 
     Bien entendu, je me dis que la suite de ma réussite , dans mon activité , a des chance de suivre notre tableau de chasse. Cette réflection peut perturber certaines convictions qui ne sont pas toujours réelle dans la vie commune. Il faut que je me hâte pour retrouver celle qui me seconde dans la vie et lui faire part de cette journée chanceuse. Je suis le premier de notre groupe de chasseur qui marque le départ de la maison de chasse. Sur mes pas je salue toute cette foule de rabatteurs et de compagnons de tire par un signe fait a bout de bras. La horde de chiens de cour , des chiens Brunau du Jura , chapardent les morceaux de viande que l'on a attribue. Ils émettent des aboiements puissant et des réactions volantes pour se rassasier de cette chair fraîche. Ils ne m'accordent la moindre attention sur mon départ. Je pénètre dans mon véhicule tout terrain donc la carrosserie recouverte de boue la démérite de sa valeur. Un bon lavage lui redonnera sa juste valeur . Mes habiles suivent le même biais et je me sent tout terni, par cette  terre humide et collante comme une pâte.
    Le véhicule suit une route humide et glissante, je prête attention a chaque infrastructure pouvant détourner le comportement de mon automobile. Les cultivateurs de la région rentrent le mais et les betteraves sucrière, souvent la chaussé glissante conjuguent des dangers a éviter. Pour le moment ma garde possède une austérité indomptable mais, il arrive cet instant , où, je récolte une instabilité incontrôlable. Je ne suis plus maître de mon véhicule , il m'impose des mouvements contradictoires ; il me chahute sans compliment car il me traîne , avec des choques brutaux , qui m’envoûtent vers le bas cotés de la route en faisant des tonneaux , pour une position qui se termine sur le toit ! !!
    Le ne suis pas au bout de mes peines car je tente de sortir de mon véhicule avec un regain d'ambitions prometteur. Mais, une mare de boue pâteuse et collante m'enlace , j'ai de la peine pour pouvoir me bouger . Une profonde douleur conjugue mon incapacité avec celui de mes muscles devenu inactif. Mon subconscient me plonge dans une inconscience total !
    Je ne garde aucun souvenir de la suite de ce moment la et, me réveille dans les locaux de l'urgence d'un hôpital de la région.  Autour de moi, séjournent  une vingtaine de malades sur des lits d’hôpital. Certains ont leurs deux bras emplâtrés d'autres une de leurs jambes, ils se déplacent avec des béquilles ou des potences a roulettes montés de compte coûte de cérumen.  Quant a moi , je suis allongé comme une serpillière avec mes deux jambes  enrobées de plâtre. Sacré journée que je viens de passer.


     Dans la famille de viticulteur, l'on s’inquiète de sa disparition. Il y a va de même auprès 
de certains noble de la magistrature car, cette personne représente la vertu d'un précieux savoir faire ; pour la ville et toute la région ,  il en tient la clé principale . Des recherches sont entrepris . A l’hôpital où eut lieu son admission, rien ne laisse définir l'importance de ce personnage très salle et vétustement habillé. Il ressemble a un paysan sans plus. Le personnelle soignant la placé dans une chambre commune.


    Après un véritable branle bas de combat, la police municipal retrouve enfin les traces de ce magistrat . Malheur de malheur, une grande personnalité se trouve mélangé avec des simples de la vie actif ? Ses enfants ainsi que la magistrature ne tardent par pas a faire remonter des blâmes au directeur de cette hôpital.   Celui ci ne tarde pas pour venir faire ses excuses auprès de ce patient sur le compromis. Il lui propose de le loger dans une chambre alloué a des personnes de première classe. Pour le malade il ne tient pas a ce qu'on le change de place et insiste  avec félicité, de rester avec les blessés de cette salle commune.
   Son bon coeur trouve satisfaction auprès de l'ensemble du personnelle et des blessés qui se souviennent que pour chacun de leur repas une addition de champagne de renommé, leur était servi. Cette action remplissait de joie les blessés et le personnelle soignant qui le raconte encore a ce jour.
   Cette ritournelle grave dans nos souvenirs le partage d'une richesse avec des salaries , un signe de simplicité. De tout coeur merci pour la personne concerné, elle se souviendra de son partage.






























JJM


Ace jour 1460 lecteurs de 34 pays