mardi 1 mars 2011

LA RIZIÈRE ( COMÉDIE MUSICALE ACTE 3 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

LA RIZIÈRE (ACTE 3 )


         (- Dom,dom,dom,dom,
              Ça tonne dans les airs,
             Dom,dom,dom, dom,
             Ça tonne dans le haut. )


   Élise et Yang n'ont plus de secret, les enfants les taquine et le vieille homme leur fait un clin d'oeil. Élise et Yang proclame leur fiançailles, Yang se tourne vers les villageois,


         (- Je demande la main a Élise,
             Pour fonder une famille ,
             façonner notre bonheur,
             Vieillir dans la gaieté,
             Élise es tu d'accord,
             Pour tous accepter ? )
   
 Réponse d' Elise


       (- Yang, Yang,  quel bonheur d'accepter,
            Yang, Yang, quelle joie ne plus se quitter,
            Yang, Yang, je n'arrive a m'exprimer,
             Yang, Yang, sers moi dans tes bras,
             Je veux t’épouser. )


 Tous le monde s’exprime,
    
       ( - J'aime la rizière et tous ses chants très beau,
            J'aime la lumière et les rires très haut,
            J'aime la récolte, de ce riz nouveau.


            Comme cette lune qui brille très haut,
            Comme cette lune qui brille très haut,
            J'exprime la clarté de ce couple nouveau.
      
            J'aime la rizière et tous ses chants très beau,
            J'aime la lumière et les rires très haut,
            J'aime la récolte , de ce riz nouveau.


            Comme une hirondelle qui vole très haut,
            Comme une hirondelle qui vole très haut,
            J'exprime la liberté de ce renouveau.


            J'aime la rizière et tous ses chants très haut,
            J'aime la lumière et les rires très haut,
            J'aime la récolte , de ce riz nouveau.


            Les enfants apprennent la bonne tradition,
            Les enfants apprennent la bonne tradition,
            Ils chantent la sagesse de papillons.


            J'aime la rizière et tous ses chants très haut,
            J'aime la lumière et les rires très haut,
            J'aime la récolte , de ce riz nouveau.


     Le vieille homme fait une remarque au jeune couple ,
(- Mes enfants il faut le respect envers ceux qui sont partie pour la guerre. )
    Leur gaîté se fane et une remarque naît,


              (- Il y a des gens qui pleurent leur sentiments,
                  Il y a des gens qui contournent les châtiments.


                  Il y a des enfants qui oublient le bonheur,
                  Et qui chassent en coeur tous leurs malheurs.


                 Il y a des gens qui pleurent leur sentiments,
                 Il y a des gens qui contournent les châtiments.


                 Il y a ceux qui deviennent des profiteurs,
                 Avec une profonde faim dans leur coeur.


                Il y a des gens qui pleurent leur sentiments,
                Il y a des gens qui contournent les châtiments.

                Il y a ceux qui travaillent sans nuire,
                Et d'autres qui chantent pour ne pas mourir. )
    
    Les rumeurs de la guerre sont triste car des soldats disparaissent dans les tranchés. Des pleurs forment un murmure mélancolique ou tous les villageois s'expriment. Les amoureux se tiennent fortement , au centre de cette foule, en se regardant dans les yeux. Ils chantent l'orage avec une tristesse peu commune,


          (- Ça tonne dans le soir, ça donnent des tentions,
               Ça récolte la peur, ça sonne un air faux,
               La tempête ne rapporte plus de chant nouveau,
               Cette crainte, nous bouscule sans un seul mot,
               Cette  pleine soudaine n'est pas une illusion,
               Car le silence cache la mort entre les joncs. )


    L'ensemble des femmes se mettent a chanter, 


         (- Ça tonne dans la nuit, ça grogne au front,
              Ça gronde la guerre, ça sonne le clairon,
              Ça clame la misère, et manifeste haut,
              Elles expriment prières qui ne sont pas sot, 
              Elles cultivent la haine qui guide les faux,
              Elles cachent leur face derrière les buissons. )


     Le jeune couple sent que leur avenir risque de basculer, une tristesse dans leur coeur, il se mettent a chanter,


         (- Mais c'est le temps qui change,
             La culture du malheur,
             Qui nous prend l'enfance,
             Et nous marque nos coeur.


             Notre soucis a un rythme aveuglant,
             Un avenir timide fait de sentiments,
             Quant l'amour prend forme pour la vie,
             Et que le malheur coupe nos envies.


             Mais c'est le temps qui change,
             La culture du malheur,
             Qui nous prend l'enfance,
             Et nous marque nos coeur. )


        Dans le village les hommes sont devenu rare, beaucoup sont au front. Yang sait que lui aussi devra partir prochainement. Elise en est consciente et choqué, elle verse des larmes. Yang tente de la consoler et lui chante,
       
      (- Ne pleure pas Elise, je suis, je suis rien qu'a toi,
           Surtout ne pleure pas , au retour nous nous marierons.
           Mais ne tremble pas , l'amour lui est bien la,
           Ne te retire pas, le monde nous observe la. )
    Yang fait de son mieux pour consoler Elise ; elle essuie  ses larmes et lui chante cette promesse,
     
     ( - Je t'aimerais plus qu'une nuit,
          Je t'aimerais toute la vie,
          Je t'aimerais plus qu'aujourd'hui,
          Je trouverais la clé qui nous suit.


          Je te promet la joie et le bonheur,
          Je récolterais du riz avec mon coeur,
          Je construirais la maison de l'honneur,
          Je chasserais le malheur avec rancœur,


          Malgré la malchance qui nous poursuit,
          Malgré le malheur qui nous meurtrie,
          Malgré le mauvais sort et sans un abri, 
          Malgré tout cela , promis je penserais a toi. )


          Le départ de Yang est proche un recruteur en uniforme rassemble les derniers homme valide de la rizière. Des murmures de chagrins planent, les femmes et les enfants chantent,
      
     (- Ça tonne dans le soir, ça donnent des tentions,
          Ça récolte la peur, ça donne des frisons,
          Ça ne rapporte plus de chant nouveau,
          Notre crainte nous traîne sans un mot,
          La guerre lointaine n'est pas une illusion,
          Elle traîne les morts entre les joncs. ) 
       
               fin du tableau n3


               JJM
     

             


              


              


           


Enregistrer un commentaire