lundi 28 février 2011

LA RIZIÈRE ( comédie musicale acte 2 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.
LA RIZIÈRE  ( 2 acte )


                (-    Dom,dom,dom,dom,
                    Ça tonne dans les airs,
                    Dom, dom, dom, dom,
                    Ça tonne tout haut. )


     Les enfants courent dans toutes les directions en bousculade, certains tombent dans l'herbe folle, d'autres terminent leur course joyeusement.  Enfin, les voila, les deux tourtereaux ils ne presse pas leur pas, pour eux rien n'est plus important que de se sentir l'un près de l'autre,
               (- Tu as faim Élise ?
                 - Non Yang, et toi ?
                 - Avec toi près de moi je n'ai ni soif ni faim,
                 - Restons a l’écart Yang, on est bien ensemble,
                 - Il ne faut pas se faire remarquer Élise. )
    Élise a soif d'expression, elle tente d'entourer Yang avec le bras droit puis ils chantent


               (-           Je voudrais te dire je t'aime,
                             J'aimerais, j'aimerais t'enlacer,
  ensemble         Je voudrais t'emmener, fleurter.
         
                                    Mon coeur exprime une faiblesse,
    Élise                       Une marque remplit de sagesse
                                    Que j'éprouve pour ta tendresse.


  Ensemble           Je voudrais te dire je t'aime,
                             J'aimerais, j'aimerais t'enlacer,
                            Je voudrais t'emmener, fleurter.


   Élise                         Je  garde dans mes rêves
                                    La marque de t'a qualité,
                                    Une vision très très claire.


   Ensemble         Je voudrais te dire je t'aime,
                             J'aimerais, j'aimerais d'enlacer,
                            Je voudrais t'emmener, fleurter. )


          Le jeune couple marque un arrêt, et les amoureux s’enlace. Le vieille homme les appelle,
                            (- Dom,dom,dom,dom,
                                 Ça tonne dans les airs,
                                 Dom,dom,dom,dom,
                                 Ça tonne tout haut.
                               - Venez vite les enfants ce n'est pas le moment d'égarer le temps . )
     Les amoureux pressent le pas , les habitants entourent un nouveau venu dans cette contrée, leur visage dévoile une attention particulière. Dans les arbres aucun oiseau ne siffle. Un chant prend forme et se mélange a l'écot, toute la foule chante,


              (- Ça tonne dans les airs, ça gronde dans les fonds,
                  Ça ton la clairière, il faut des chants nouveaux,
                  La pluie vient de naître et fait monter les flots,
                  La joie est notre prière comme la venu de nouveau,
                  La vie accumule une prolifération,
                  Pour nous la peur est un fléau sans floraison. )
    Un orage gronde au loin, les gros nuages recouvrent le plafond du ciel , la lumière du jour diminue. Les enfants sont tous regroupé comme les grandes personne qui écoutent avec attention ce que ce nouveau venu explique. Un peur naît, ils chantent ensemble,


             (- Ça tonne dans le soir, ça donnent des tentions,
                  Ça récolte la peur, ça sonne un air faux,
                  La tempête n'apporte plus de chant nouveau,
                  Cette crainte nous bouleverse tous sent un mot,
                  Cette guerre soudaine n'est pas une illusion,
                  Cette paix perdu cache la mort dans les joncs. )


   Yang chante son incapacité devant les villageois ,


            (- Dans ma vie, je me sent tout petit,
                 Dans ma vie, j'ai un grand soucis,
                 Dans ma vie je rêve d'envie,
                 Des rêves qui comblent mes nuits. )
    Le bruit des gouttelettes se répercutent sur les toits de feuilles, une musique naturelle   clapote. Le visiteur fait signe au villageois de l'écouter, un garde qui l’accompagne tambourine sur un rythme  . La pluies augmente son clapotis sur les feuilles ,


            (- Clip- clape-clip-clape-clip-clape )


    Le lendemain,  le travail reprend, mais la ferveur n'a plus le même charme, des doutes persévèrent sur les valeurs qui épaulent certaines présomptions. Les chants deviennent triste. Nos deux amoureux ne prêtent  attention. Les villageois s'expriment,


            (- Ça tonne dans les airs, ça tonne dans le fond,
                Çà tonne la guerre, ça gronde très très haut,
                Toutes les femmes clament leur peine tout haut,
                Elles expriment leur peur par des prières pas sot,
                En cultivant une haine vers ceux qui sont faux,
                Elles accumulent la faiblesse d'un ruisseau. )


   Les amoureux n'ont pas de présomption douteuse, ils chantent ensemble,


            (- Je veux te dire je t'aime,
                J'aimerais t'épouser,
                Je veux t'emmener fleurter,
                Notre coeur suit la faiblesse,
                Une marque de notre sagesse. )


   Un arrêt est marqué et les deux amoureux s'enlacent, les regards étrange ne les importune plus. Leur bonheur n'a pas de prix. Le vieille homme leur fait signe de se rapprocher.  Les habitants de cette contrée sont choqué, leur visage dévoile leur peine et leur peur. Un chant prend forme 
           (- Ça tonne dans les airs, ça gronde dans le fond,
                Ça sent la guerre, il faut des chants nouveaux,
                La pluie pleure en fessant monter les flots,
                La joie cache la peine et tout ceux qui est faux,
                Prions pour nos hommes qui partent au front,
                La peur devient le fléau de la chanson. )
      Yang et Élise ne prêtent aucune attention , la peur pour eux n'a de valeur , ils se tienne la main avec une chaleur digne du plus grand bonheur. Personne ne retourne au travaille, l'orage a tout bouleverser mais le personne qui est venu pour recruter vient de tout casser.
                   Le rideau du deuxième acte se ferme.                                                 
                                       
                                                         JJM    
Enregistrer un commentaire