mercredi 29 décembre 2010

HALLALI ( slam 58 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.





















 HALLALI 


Le brame du serf résonne claire,
Aucune biche ne suit sa chère,
La peur dans l’âme il présent,
Que la mort plane dans la tourmente.


Il cour sans un détour,
Avec nul grand discours,
Une meute le chasse,
Jusqu’à ce qu'il trépasse.


Les chiens flairent sa présence,
Ils le poursuivent sans indulgence,
Jusqu’à ce que ses forces s'épuisent,
Dans un marais sans eau vive.


Il cour sans un détour,
Avec nul grand discours,
Une meute le chasse,
Jusqu’à ce qu'il trépasse.


Fuir l'humain pour un lendemain,
Qui sera plus sains ; 
Mais la meute a ses intentions,
Elle le chasse sans pardons.


Il cour sans un détour,
Avec nul grand discours,
Une meute le chasse,
Jusqu’à ce qu'il trépasse.


La foret n'est plus ta maison,
Dans l'eau tu cherches raison,
Pour affaiblir ton adversaire,
Mais leur nombre les rend austère.


Il cour sans un détour,
Avec nul grand discours,
Une meute le chasse,
Jusqu’à ce qu'il trépasse.


En barque viennent les humains,
Ils l'égorgent sans chagrin,
Pour lui plus de lendemain,
Eux, font la fête comme des gamins.


Il cour sans un détour,
Avec nul grand discours,
Une meute le chasse,
Jusqu’à ce qu'il trépasse.






















JJM


A ce jour, 29 12 2010 , 1200 lecteurs de 32 pays





TRANSHUMANCE (slam 57 )

Mirage, au-dessus des nuages, sages


TRANSHUMANCE


C'est la fête au village,
Tous les gens sont de voyage,
Pour monter dans les alpages,
Comme des enfants sages.


La parure va de perd,
Aux vaches et leurs propriétaires,
Pour s'unir dans une chère,
Et faire une dernière prière.


C'est la fête au village,
Tous les gens sont de voyage,
Pour monter dans les alpages,
Comme des enfants sages.


Les fleurs ornent le cheptel,
Dans les décorations réelle,
Fait de fleurs des champs,
Qui valorisent leur donnant.


C'est la fête au village,
Tous les gens sont de voyage,
Pour monter dans les alpages,
Comme des enfants sages.


Les cloches chantonnent,
Au pas des bêtes qui résonnent,
Des lires de notes qui tonnent,
La voie des partages en somme.


C'est la fête au village,
Tous les gens sont de voyage,
Pour monter dans les alpages,
Comme des enfants sage.


JJM