samedi 11 décembre 2010

UNE CROIX ( nouvelle 43 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

UNE CROIX


               Je suis séduis par une croix taillé dans la masse d'un grès provenant du massif voisin, les Vosges. Chaque croix est dédié a un souvenir , un secret qu'elle cache comme la valeur de son grand âge. J'aimerai connaître son histoire et la ma curiosité engouffre des nuages de probabilités. Je suis un nouveau venu dans se petit village niché dans une contrée d'Alsace ou l'ondulation des collines domine. Un lierre sauvage eut prit racine a sa base en l'entourant majestueusement ; ses feuilles  d'un vers éclatant bordé d'un fin liserer gris domine son habile majestueusement. Je constate que des éclats de mitrailles l'eurent marquées. Voila un message qui signe une traversé venu d'époque guerrière. ( Drame de toute sorte, marques tu ton acte présence jusqu’à ébrécher les symboles de pierre ? )  Mais, il n'y a pas que les traces de projectiles qui l'émiettent, les érosions des vents de pluie ont laissé une signature .
    Ma maison , d'où j'observe ce calvaire, se trouve a environ vingt mètres. Journellement je tente de percer le mystère de  sa présence. J'accorde pour cette croix, une valeur incontestable . Son emplacement se situe , au centre d'un paysage verdoyant et d'un croisement de routes .L'importance de son emplacement au croisement du carrefour des trois chemins évoque une valeur fondamentale. Ma curiosité n'a pas de répits.
    De temps a autre une fillette apporte un vase en verre dans lequel un bouquet de fleurs des près trempent leurs tiges. Je pense que c'est un rituelle mais, pour quelle raison ? Il n'y a pas que les vieux troncs qui gardent le secret d'un témoignage ? Je cherche par engranger le savoir d'une pieuse personne généreuse en histoire. Je me hâte de questionner voisine, une personne au grand âge. Je lui explique ma fascination et mon hypnotise devant le rituelle des villageois pour la croix ; en les observant  j'eus tissé une trame imaginaire d'un conte merveilleux. C'est avec ce langage que j'émerveille cette dame au grand âge. Les réponses pour mon questionnaire ne tarde pas, au contraire elle se fait un plaisir de me raconter l'importance de sa présence. Ses explications n'émiettent les moindres détailles elle les décrit avec précision ; mes recherches sont fortifié par cet enthousiasme. Je viens de trouver la clé de mes lacunes.
    Son cristallin humide brillent au fond de ses yeux comme dans le coeur d'un cristal de baccarat. La peau de son visage est fléchi par son grand âge , des rides profond dessinent de profond sillons. Quant a sa voix, elle est douce et sereine, enivrante et encourageante. Elle sent revivre une partie de sa jeunesse qu'elle exprime fièrement.  Pour moi c'est une offrante , je reste sans parole .
    ( - Cette croix fut placé la , en 1811 pour garder en mémoire le témoignage d'une ancienne famille du village ; mais bien avant cela , lorsque notre région devint une province de France l'histoire pris sa naissance. C'est ma maman qui me la raconté , ce fut un drame pour le village.
    Napoléon devient le maître de notre région par des actions digne de simple jeux de mots.  Cette virgule de non violence n'a pas de référence aussi terme que cela puisse paraître car, en acceptant la défaite, les habitants des villages comme ceux des villes ne sont plus une confédération et sont obligé de donner une partie de leur bien pour l'armée de Napoléon. Ce n'est   pas du pillage, mais belle et bien une sorte de don en forme d’impôt obligatoire pour la nouvelle  nation du futur empereur. Trois quart de notre élevage de poules tombent sur l'affluence de la marmite de sa troupe. Dans toutes les fermes les chevaux de labour sont consigné pour tirer l’artillerie et les autres vont servir au hussards. Mais cette obligeance ne consiste qu'a augmenter le volume de son effectif , il lui faut de nouvelles recrutes pour qu'il puisse poursuivre ses intentions guerrière. Très peu de volontaire se bousculent a l'engagement. C'est une formule sage, mais contradictoire pour certaines pensées, elle  obligea les jeunes gens de notre commune de tirer a la courte paille !
  Tous les jeunes du village sont rassemble sur la place de la mairie pour en faire le tris. Comme il y a très peu de courte paille la chance de rester dans le village est mince. A l'emplacement de cette croix, il y avait une habitation composé d'une famille , père et mère, grand père et grand mère et de deux seul garçons , des jumeaux. Les jumeaux ont tiré la courte paille et sans tarder sont engagé dans l'armé des hussards. C'est un véritable malheur
qui frape la famille, leur seul enfants sont désigner. Aucune joie ne virevolte dans leur coeur ni dans celui de leur voisine Catherine qui, elle aussi récolte une triste émotion. Je dénonce cette remarque car c'est ensemble qu'ils conspiraient tous leurs jeux d'enfance jusqu’à leur adolescence.
   Au jour du départ de ces nouveaux soldats, la tristesse se lissait sur le visage de Catherine.
Le reflet dans ses larmes humilient son visage. Elle exprime son chagrin a haute voix sous les voûtes de l'église. Seul témoin sont la statue de la vierge et d'autres saint taillé dans du bois de noyer. Elle prête un sermon qu’elle eut faite avec les deux frères c'est que le plus gradé des deux , au retour de leur compagne , pourra la demander en mariage.
   Les mois se conjuguent avec beaucoup de tristesse et l’impatience se lamente de sagesse dut a la promesse faite. Catherine
   Le fil du temps fait éloigner les gens, petit a petit plus personne ne tente de discuter avec Catherine. Ses pensées sont morose, plus de nouvelle des jumeaux n'y d'autres jeune soldats du village.  Les villageois attendent avec espoir que les promesses de l'empereur leur rapportent les enfants du village.
  Catherine a perdu de sa finesse, de sa jeunesse, et son sourire gracieux. Ses qualités de bonne cuisinière ont un savoir faire digne d'une marmite faite pour un prince, elle prétend ceci,
   ( - Je me perfectionne pour le retour de la campagne de Russie, ils vont avoir faim nos soldats. )
   Les mois enlacent les années emportant l'âge a grand pas. Deux années  se sont écoulé et Catherine blâme l'injustice sur leur absence. Les parents des jumeaux prient aussi avec espoirs. 
   Un jour , l'appariteur du village rassemble toutes les familles sur la place de la mairie au son de sa clochette et de son clairon. Le tocsin vibre a toute volé, il traverse les forets et pénètre dans les vallées. Le maire du village porte ses habits tricolore de parade. Ce rassemblement ne prédit rien de réconfortant, mais, la curiosité des villageois est telle qu'aucune absence se remarque. Sur le visage du maire se dessine des trais peu réconfortant. Il déroule le parchemin aux sigle de l'empereur et du régiment des hussards. Le maire du village affine sa voix, un silence respectueux laisse écouter les appellations consternant les familles suivante ,
    - Pour la famille Meyer, le Hussard Pierre nous a quitté en Russie,
        Pour la famille Linier, le Hussard Charles nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Gros, le Hussard Marc nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Ruaf, le Hussard Jean nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Muller, le Hussard Patrice nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Gatz, le Hussard Jacques nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Litz, le Hussard fousi, nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Berger, le Hussard Alfred nous a quitté en Russie,
       Pour la famille Brame, les frères jumeaux Serge et Edmond, nous ont quitté en Russie. 
   Le visage de Catherine blanchi comme celle d'une statue en marbre blanc. Son coeur bat la chamade , elle perd son équilibre et se retrouve allongé sur la terre battu.  Les parents Brame tentent de la relever. Dans la foule des pleures dévoilent la profonde douleur de toutes les personnes présente. Catherine ne veut plus entendre tous ces sanglots qui sonnent celui la tragédie. Tous devient sombre, injuste et cruelle, aussi noir que la tombé du soir. 
    Les journées qui suivaient Catherine ne mangeait plus un brin , elle garde dans sa chambre qu'une cruche d'eau d'où elle boit quelques gorgés. Les rayons du soleil réchauffe la mansarde , l'air y devient irrespirable. Elle reste couché sur son lit ou ses pensées la guide vers une profonde amertume . La belle Catherine n'est plus qu'une masse inerte en route vers le chemin de l'après vie, l'ivresse de son tracas la guide vers cette voie. Une voix de mère vient troubler l’enlisement de Catherine,
  - Catherine,Catherine, vient regarde ce qu'ont laissé faire sculpter les parents Brame pour la mémoire de leurs enfants !
   Elle a du mal de capter tous les sons de la voix de sa mère et de ses soeurs qui dissent avec gentillesse cette phrase,
    Catherine, la vie est une souffrance et un obstacle a surpasser, ton laissé allé n'est pas digne de la promesse que tu as fait aux frères Brame.
   Catherine trouve la force qui lui redonne courage, elle admet que sa route s' encombre d'obstacle et qu'elle sera prête et forte pour les surmonter tous. Deux semaines plus tard elle prête sermon devant cette croix de quitter cette région de l'Alsace pour s'implanter au Canada.


    De nombreuses années s'écoulent sans que l'on puisse éviter la vieillesse qui eut entraîné les souvenirs de notre jeunesse. Une journée pas comme les autres, une belle Dame , portant de somptueux vêtements brodés d'or et de dentelles se présente au maire du village. Son intention consiste de revenir dans son pays natale et de pouvoir s'y installer. Aucun des villageois n'eut gardé le souvenir de cette grande Dame, Catherine.


Dans nos pensées, l'oubli détient le signe de paresse que certains d'entre nous germe. Avec l'âge on peut oublier beaucoup de chose même le mal que certains nous ont fait. Catherine n'eut pas oublier le passé ni la promesse qu'elle eut faite devant cette croix. Elle a fait construire une habitation en face de cette croix. )
   La voisine se  tut un instant, je le regarde d'un air remplit d'une satisfaction souveraine car cette histoire m'eut bercé . Elle reprend son histoire pour me dire,
   ( - Ma grand mère lui eut vendu une surface de terrain suffisamment grand pour se faire construire une jolie petite maison. C'est votre habitation maintenant, elle vous permet de regarder avec honneur et hommage cette vieille croix en gardant dans votre coeur son histoire fait de malheur . )


















       


    
JJM 

a ce jour 994 lecteurs
de 27 pays