jeudi 9 décembre 2010

LA FACE D' UNE PHASE ( slam 48 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.

LA FACE D'UNE PHASE



Maître ignorance me chuchote un refrain,


Mais ma route , ma route est longue,
Je n'en ai fait qu'un brin de chemin,
Je ne compte plus les secondes,
Car elles m'emportent trots loin.


Je suis une phase, détournée de ce monde,
Où l'image est plus courte que la seconde.
Je me lasse de toute cette morale débordante,
Qui se repose sur des fracas de l'ignorance. 


Mais ma route, ma route est longue,
Je n'en ai fait qu'un brin de chemin,
Je ne compte plus les secondes,
Car elles m'emportent trots loin.


Une étincelle illumine mon esprit loyale,
Par le clivage immoral de ce récit banal ,
Qui dit simplement dans cette conviction,
Que mon langage accumule une nutrition.


Mais ma route , ma route est longue,
Je n'en ai fait qu'un brin de chemin,
Je ne compte plus les secondes,
Car elles m'emportent trots loin.


Suis je anodin dans ce monde auxiliaire,
Qui prime le réelle par de la galère,
Pour économiser quelques millions,
Qui serviront a d'autres actions ?


Mais ma route, ma route est longue,
Je n'en ai fait qu'un brin de chemin,
Je ne compte plus les secondes,
Car elles m'emportent trots loin.


Les élections national se rapprochent,
Comblé de promesses plus ou moi loufoque,
Sans cela ont les décrit comme des phoques,
Qui priment tous leurs semblables de breloque.


Mais ma route, ma route est longue,
Je n'en ai fait qu'un brin de chemin,
Je ne compte plus les secondes,
Car elles m'emportent trots loin.



















JJM  



A ce jour, 09 12 2010 , 982 lecteurs 
de 26 pays
A ce jour , 16 04 2013, 57 670 lecteurs de 66 pays