vendredi 26 novembre 2010

LA RENCONTRE ( nouvelle 38 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.
Quant les gens prennes de l'âge leurs histoires deviennent fiction .
LA RENCONTRE 


Je pose une question a ma tante de Bâle
   ( - Quant as tu rencontré ton mari , Frédéric ?
     - C'est une histoire venu du fond de ma jeunesse, durant les années 1940 dans la gare de Bâle. Ce jour la une chaleur insupportable de mois d’août nous obligeait de boire de l'eau plus que de coutume. J'étais de service a la croix rouge international Suisse. Comme je suis infirmière a l’hôpital du canton de Bâle, mon savoir est sollicité. J'en suis fière et porte vaillamment le poids de mon idéologie. Dans la gare y règne une atmosphère de routine. Nous avons tous une peur au ventre car l'affluence des déportées et les bruits au lointain des bombardements venus de l’Alsace nous rendent nerveux. Nous devons répartir les enfants dans les familles qui viennent les prendre en charge, ce n'est pas une chose facile mais grâce a la neutralité de la Suisse notre fierté réussi a sauver des bombardements tous ces enfants et personnes qui nous demandent l'aide ; nous le faisons avec fierté. Notre ambition n'a de limite et a chaque arrivage nous distribuons de la boisson du pain et quelques friandises. Nous contrôlons la santé de ces arrivants qui nous remercie avec bonheur et compliment. L'affluence est grande et notre engagement n'a pas de limite. Ce matin la, j'observe un train de marchandise stationné la, il a du arriver dans la nuit. Je suis prête avec mes collègues d'entreprendre le rituelle habituelle, mais, un convoi de personnes dans des wagons de marchandises ce n'est pas banale ? Avec la guerre il faut s'attendre a l'impossible. Nous nous préparons pour se diriger vers se train français et a ce moment la police Suisse nous interdit son approche. Il n'est pas question de venir en aide a ces gens la qui ne sont que de passage car le train a une destination pour la Pologne. Avec les bombardements, voyager de jour devient dangereux , il doit attendre le soir pour repartir. Tous les occupants avaient soif et la chaleur était intenable sans boire. Je fis les démarches auprès de la police qui rejetait impérativement ma bonne foi. Il ne fut pas possible de partager quoi que se sois. Des soldats de l'armé Allemande montent la garde autour des wagons a bétails. Les occupants du train parlent tous  en français et me demandent de l'eau pour leur enfants qui pleurent énormément. Mon coeur fait volte face et mon courage me guide vers le responsable des hommes de la croix rouge Suisse. A ce moment la je rencontre Frédéric qui occupe cette place. Par mon engagement et mes explications j'arrive a en faire un allier pour m'accompagner et revendiquer mes intentions de donner a boire ainsi que aides pour ces voyageurs malheureux. Les gardes Allemand sont contre notre projet comme la police Suisse ; Suite a de longue explications,  enfin nous avant l’autorisation de distribuer de l'eau et remplir leurs seaux. Les Allemands nous expliquent que ce train part pour un camp de remis en forme.  Les portes des wagons restent cadenassé , il y a juste une petite ouverture qui permet de faire passer les seaux, souvent on en déverse une partie. De nombreux pleurs appellent de l'aide nous somme tous médusé. Une peine profonde nous marque. Certaines personnes nous laissent des lettres que nous postons par la suite. Je reste avec Frédéric jusqu’à ce que le train quitte la gare. A partir de la nous somme resté fidèle l'un a l'autre.
    Le souvenir de ces trains français qui stationnaient dans la gare le jour nous ont profondément marqué surtout après la guerre quant nous avions appris que les occupants ont tous disparues dans des camps de concentration. ) 
   






















JJM 


A ce jour 870 lecteurs
dans 21 pays

MÉNAGE DE PAIX ( chansonnette n 51 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.


MÉNAGE DE PAIX


Mélangeons tous notre savoir,
Pour que la paix reste miroirs.


Cultivons la, notre culture,
Et la garder dans notre structure,
Sous forme de sagesse dure,
Une man qui nous unie  pur. 


Mélangeons tous notre savoir,
Pour que la paix reste miroirs.


Présage de ce beau charme inné,
Qu'ensemble nous pourrons citer,
Message de paix vient rassembler,
Les humains qu'ils viennent prier.


Mélangeons tous notre savoir,
Pour que la paix reste miroirs.


Citée de solidarité a partager,
Comme philtre de paix revendiqué,
Sous forme de cristal soudé,
Avec l'amour de la réalité.


Mélangeons tous notre savoir,
Pour que la paix reste miroirs.










JJM








A ce jour 869 lecteurs
de 21 pays