mardi 26 octobre 2010

LA PEAU ( slam 32 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage.
LA PEAU


Tissu de ta chair,
 fait de matière agrémenté,
Prend la couleur de la race,
 qu'elle veut exprimer.


D'une couleur claire,
Pale pour certaine donné,
Reflète de l' Europe,
Par la racine qui la proliféré.


Jaune de nature,
Ressemblant au riz amidonné,
D'une phase de révérence,
A celle de l'Asie privilégié.


Noir méthane,
Par une brûlure ensoleillé,
Tu marques la révérence,
A l'Afrique sous estimé.


Rouge limpide,
Comme les fleures d' Amérique,
Tu détermines la glaive,
De ton malheur immolé.


Tissu de notre vie,
En lanière étoilé,
Marque son charme,
En manière composé.


Tribut la trame du monde entier.


JJM







LES MAINS SALES ( slam 31 )

Mirage, au-dessus des nuages, sage
.LES MAINS SALES


Un geste de propreté veut,
Que pour manger tes mains sont lavé.


Je résume cette théorie,
par une histoire qui ma conquis.


Une fillette a la peau bronzé,
Me partage des paroles courtoises.


Elle est mignonne cette jeunesse,
Et parle d'un air de finesse.


Je suis entraîné dans ses pensées,
En l'écoutant si bien parler.


Paire de lignes qu'elle exprime,
Pour distraire mon estime.


Des mots suivent en saccades, 
Des larmes pesantes marquent son visage.


Elle me fit part de son désespoir,
Comme dans un reportage.


( Madame la nurse m'a lavé mes mains sales.
  Et frottait le dessus avec la brosse pour cheval.
 Je ne pleurai pas, mais çà me faisait très mal.
 Ils n'étaient pourtant pas sale mes mains.
 Quant elle ma dit qu'il faut frotter très fort,
 comme sur du bétail par élever ma peau bronzé.
 C'est a ce moment la que je me suis mise a pleurer
 J'eus peur que la couleur de mes mains vont changer
  Et quelle ne ressemble plus a celle de ma maman. )


Je ne sus lui partager que mes consolations,
Dans l’espoir qu'elle retrouve ses collations. 
Mon estime ne récolte peu d'arbitrage,
Pour cette nurse exerçant une vertu sale,
Celle de la haine , du racisme et du mal.










JJM



Slam écrit d'après la nouvelle 1