jeudi 22 juillet 2010

MÉMOIRES D'HOMME ( slam n 21 )

mirage au dessus des nuages sage

MÉMOIRES D'HOMME

Avec le temps maussade, il se met a pleurer,
Pour les guerres stupide, qui l'on perturbé.

Sa peine se mélange a celle de l'importunité,
Où la charge consistait de faire une bouchée.

Ses larmes sont seiche, comme ses pensées,
De ces histoires, sur des batailles crevées.

Dans son cœur il reste la marque de semblables,
De jeune compagnons, n'étant en rien coupables.

Ils gémissaient a terre, souvent demandaient pitié,
De ne point les laisser mourir ici sans les aider.

Les balles sifflaient, dans un langage inhumain,
Qui brisaient toute vie sans tenir de refrain.

Ecoeure du temps où le mal est amère,
De haine germinatif qui l'avait rendu austère.

Sa démarche est voûte, par le poids de l'arme porté,
D'un visage ridé par des trames qu'il eut transigé.

Ses yeux tracent les souvenirs de martyres gémissant,
Qu'il eut souillé de sa baïonnette, en les repoussant.

Les lignes des mains se remplissait de sang des autres,
Ceux qui tentaient de le percer comme tant d'autres.

Il se souvient, ils agonissaient dans des râles aigu,
Lorsqu'ils les empilaient dans des charniers de poilu.

Il partage ses larmes dans l'espoir de comprendre,
Que sur terre faire des guerres c'est un méandre.

Stupidité c'est comprendre que les victimes sont innocent,
Que le camp qui gagne c'est la ou il y a le plus de mourant.

JJM