mercredi 7 avril 2010

LE VERTIGE DES MOTS ( poésie n 197 )

mirage au dessus des nuages sage

le vertige des mots


Comme une canette,
Devenu ensorcelé,
Mon destin me traîne,
Vers cette réalité,
De cultiver la fleur,
De notre moralité.


Mon esprit se meure,
Car certain rumeur,
Me porte rancoeur,
De voir ma stupeur,
Écrites avec tumeur,
D'en inspirer d'autres.

Le fond de mon détour,
Mène une vie de labour,
Où la terre récolte,
Le fruit du germe ,
Planté avec amour,
Sans grand discoure.

Reste cette pureté loyale,
Qui jadis, fut fait de sociale, 
De se bonheur acquit,
D'un parcourt  moral,
Pour ceux qui travaillent,
Dans un monde normal. 

Comment une raison sage,
Devenu mensongère,
Par la semence claire,
De lois hostile sans chair,
Réplique dite passagère,
Nous crève par adultère.

Victime de l'incertitude,
Je reste ému et têtu,
Par le charme de cette vertu
Devenu toute menu,
De remarquer que dans la rue,
Il y a beaucoup de dessus.

Je trouble leurs confrontations,
Certain, ils ont raison,
D'entreprendre ces actions,
Pour que vie ce couple primé,
Qu'on crie et écrit sur les toits,
Liberté ,Égalité, notre estimé.

               JJM