jeudi 1 avril 2010

L'OPPRESSEUR. ( slam n 4 )


mirage au dessus des nuages sage





L'OPPRESSEUR.



L'oppresseur est présent,
Dans la cour de nos grands.
Et la vie de tous les jours,
Qui nous presse par discoure.

L'oppresseur est méchant,
Il guide même les confiants.
Pour drainer vers les camps,
Tous ceux qu'il estime résistant.

l'oppresseur est gagnant,
Il supprime même les enfants.
De peur qu'il cultivera des géants,
Primant la paix et les sentiments.

L'oppresseur est perdant.
Enfin s'unissent tous les gens.
Pour nuire a cette accent,
Venu d'un pays très méchant.

L'oppresseur se rend,
Devant la cour de nos grand,
Qui grâce a la population,
Ont faibli leurs intentions.

L'oppresseur n'a pas disparu,
La méchanceté cultive des rejets,
Ceux qui nourrissent de tout temps,
Celui de faire mourir des gens.

L'oppresseur n'a que des arguments,
Celui de prêcher les bons sentiments,
Jusqu'à gérer tous les mouvements,
Pour enterrer notre liberté comme argent.

L'oppresseur devient dominant,
Il corrompre tous les braves gens,
En leur faisant croire son histoire,
Par des gestes et actes très barbare.

L'oppresseur où est' il en ce moment ?

                JJM

SANS FUTURE ( poésie n 195 )

mirage au dessus des nuages sage


SANS FUTURE


Sang impure
Sensée culture
Sens raison
Sans action
Cent intentions.

Sang parjure
Sensée nature
Sens façon
Sans blason.
Cent raisons.

100 non

         






  JJM

Posted by Picasa

LUI AVEC LOUISE. ( slam n 3 )


mirage au dessus des nuages sage






LUI AVEC LOUISE


Lui fit le mal et le mâle fut Louise.

Louise a-t-elle mal apprit,ce que c'est que lui ?
Fit' elle le mâle, pour cette femme qu'elle suivit?
Suite a son charme, qui par tentation la conquit?
Louise fit le mâle, au thème de cette nuit.
Fruit remplit de charme, qu'une flamme a surprit.
Luit son alcôve, pour que la sensation reluit.

Lui fit le mal et le mâle fut Louise.

Dans leur songes après, le mal est amère,
Père sage de messages d'un apôtre en chère.
Chère a leur images que le germe a maudit.
Maudit de honte, par le mal qui les désunie.
L'amour trépasse, telle une simple philosophie,
Que tente de surpasser le charme et l'envie.

Lui fit le mal et le mâle fut Louise.

Les paroles les pourchassent par les ont dit.
Dit de ces rascasses que ce n'est pas permis.
Permit a tous ces autres ce qui compromit.
Une alliance de bois qui se détache du suivie.
Emporté par la sagesse de ces malheurs a vie.
Avis triste d'allègres que le monde a punie.

Lui fit le mal et le mâle fut Louise.

Quant par leur charme enfin on a compris,
Qu'il est sage de les laisser suivre leur vie,
Telle des fleurs qui s'accouplent sans se toucher,
L'une a l'autre par des vies qui se sont apprivoisé,
A leur couleurs, leur parfum et charme fléchés,
Qui développent une manne de conditionné.

Louise fit le mâle et le mal ce fut lui.

                 JJM