vendredi 19 mars 2010

FLEURS DES PRES ( poésie n 185 )

mirage au dessus des nuages sage





























FLEURS DES PRÈS.


Violette de l'été, serait se ta modestie qui ta recroquevillé ?
Bleuet, de fin de saison, je garde de toi une vraie passion.
Marguerite des prés , tu combles de blanc le jaune de ton coeur.
Coquelicot de pourpre royale, un coulis démasque tes pétales.
Pâquerette de prairies, tu t'écailles comme une palette de riz.
Bouton d'or, tu reflètes, le jaune de ton trésor.
Anémones, tu fignoles ton coeur frivole, par ta beauté.
Capucines, de mon cime, tu ressembles a mes estimes.
Crocus sans laideur, t'annonces la première couleur des champs.
Pensées, je garde de toi, toutes mes pensées, rien que ça.
Pivoine ce n'est pas un blâme, lorsque ton coeur se vanne.

                    JJM