samedi 6 mars 2010

LE MAÇON ( poésie n 174 )

mirage au dessus des nuages sage













LE MAÇON

Avec cette pâte sablée, il colle
Colle plusieurs briques, qu'il bichonne.

D'un regard équilibré, il met en forme,
Forme  le droit, d'aplomb ce qui le console.

De murets jusqu'aux murs, il se passionne,
Passionne de constructions qu'il forme.

Il met au monde, des vestiges uniforme,
Uniforme en dure quant il fredonne.

Par ses chants de gloire sortie de trous noir,
Noir de victoire quant il maçonne.

Son empreinte majestueux, se multiplie
Multiplie les vestiges qu'il clarifie.

Abris contre les intempéries et leur fantaisies,
Fantaisies par qui le soleil devient son ami.

Grâce a son savoir faire, s'abritent,
S'abritent des gens, pour y faire leur nids.

Voila un métier riche , a qui l'on donne
Donne de l'importance pour marie la vie.


JJM