jeudi 4 mars 2010

LE LANGAGE ( poésie n 173 )

mirage au dessus des nuages sage

LE LANGAGE

Il vous l'exprime par tout ce qui l'avantage,
Lui montrant cette force de son courage.

Il culbute sensation et satisfaction,
Pour dire que c'est là toute sa sommation.


Venu du sud, il nous reflète son soleil,
En nous le chantant tendrement dans nos oreilles.


Venu de l'est, il exclame une finesse,
En prononçant toute la haine avec tristesse.


Venu du nord, dans sa couverture ourlée,
Il prime un sourire d'un air sur mesuré.


Venu d'ouest, par des champs romanesques,
Il exprime notre paix, avec allégresse.


Gardons tous dans nos cœurs, la joie et le bonheur,
Que nous exprimerons avec notre passion,
Par des paroles, reflet de notre diction, 
Et de notre plume qui écrit en action.

                   JJM

 

                             

LA MENDIANTE ( poésie n 172 )

mirage au dessus des nuages sage











LA MENDIANTE

La voilà, titubante, au long de ces pas.
En marmottant, des désirs, on comprend pas.
Délesté, elle n'a plus rien, pour qui plaire.
Comme feuille d'automne sa peau est vulgaire.
Pour qui sonne la gloire, quant elle chante,
Pour des pièces sonnante, qui se mettent a briller.
Par temps de pluie elle ne cesse de mendigoter.
Une aumône que nous autres, aurons jeté.
Les rayons du soleil ne lui sont pas graçieux.
Malgrés leurs présences, sa faim implore pitié.
Mais a quelle personne eut elle fait du tort ?
Se trouver nez a nez avec la misère son or ?
Fut elle vulgaire, envers son entourage ?
Par sa culture qui ne cherche a pousser.
Donnons lui une chance, car Dieu l'a délaissé.
Pour que revienne sur terre une égalité .
De nos jours, cette pauvreté fait fortune.
Les uns accumulent plus que nécessaire.
Les ivresses de la richesse font basculer,
Beaucoup d'autres qui ne peuvent y résister.
Et qui sais, peut être qu'un jour faudra mendier ?


JJM

pivoine ( poésie n 171 )


mirage au dessus des nuages sage










PIVOINE

Prime de  la terre,
Immunise l'univers,
Par la couleur de ta peau,
Qui te rend plus beau.

Rouge comme le sang ,
Brise la sagesse du vent,
Qui rend les voiles gonflant,
Pour qu'avance le temps.

Fleur du jardin ,
Que Dieu  a partagé,
Avec nous les humains,
Qui butinent leur destin.

Le jour te rend beau,
Nous dissent les oiseaux,
Par ta grâce gracieuse,
Et toute ta splendeur.



       JJM

PÂQUERETTE ( poésie n 170


mirage au dessus des nuages sage










PÂQUERETTE

Pâquerette d'été,
Avenant d'une fée, 
Qui ta rendu humide
Le matin avec la rosé.

La poussière ta souillé,
Sans que tu te laisse allé,
Pour garder ce jaune 
Qui robe ta gaîté.

Prouve que ta clarté,
Reluis toute ta fierté,
Qui évoque ta grâce,
Pour l' immortalité.


JJM