lundi 25 janvier 2010

MA CASE ( chansonnette n 18 )


mirage au dessus des nuages sage










MA CASE


Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs

Quatre pieux en bois et voila
Une case comme il se doit
Ce n'est que de la tôle mon toit
Mais la pluie elle ne passe pas

Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs

Le vents la traverse je suis berce
Sur un hamac fait de chanvre filé
Prés de moi une bouteille d'agricole
Je la vide sans fléchir ni réfléchir

Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs

Les caraïbe ont une particularité
Celui de travailler sans se fatiguer
L'air chaud est  lourd d'humidité
La vie est courte faut en profiter

Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs

Quant la mer se fâche elle fait fureur
Les tornades cultivent tout un malheur
Ma case resté debout se plie, file ailleurs
Les tôles s'envolent vers Pelée sans peur

Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs

Le soleil revient bercer nos épaules
L'entre aide reconstruit toutes les cases
Sur pied ou éparpillé dans le voisinage
Un rien de temps l'effort nous récompensé

Ma case elle me tient dans mon coeur
C'est ma richesse tout un bonheur
Allongé j'affronte les malheurs
Qu'ils viennent du ciel ou d'ailleurs.

                JJM


L INTÉRIM ( poésie n 151 )


mirage au dessus des nuages sage













L'intérim


C'est une virgule qui pour peu prime,
Une charge de travail qu'il exprime,
Pour un espoir, l'embauche sans surprime,
l'intérim.

Son caractère germe un crépuscule,
Celui de n'avoir de lien qu'avec virgule,
Celle que l'on efface sans majuscule,
L'intérim.

Dans l'action il est  un véritable hôte,
Il bivouaque dans son travail un rôle,
Celui de ne fuir devant nul travail drôle,
L'intérim.

Je l'observe travailler comme un dieu,
Sa besogne se fait dans un rythme gracieux,
Telle  un animal que l'on estime peu,
l'intérim.

Voilà venu l'heure , pour lui sonne l'adieu,
L'employeur ne le garde comme feux,
Exploité ils le font dans chaque jeux,
l'intérim, sans lui dit adieu.

         JJM