jeudi 22 octobre 2009

CHAÎNE ( poésie n 110 )


mirage au dessus des nuages sage




CETTE CHAÎNE

C'est elle qui m attache,
Comme une force pistache,
Dire que je la trouve rouillé,
Comme une ferraille souillé.









Mes pieds y prennent racine,
Comme piégé par la marine,
Cette dernière me fait mouillé,
Vers les fonds ensablé.

Je suis un habitant des profondeurs,
De toutes les mers et océans,
Respirant toute l'eau salé,
Et ma nourriture de plein grès.

Je ne manque de rien, certain,
Ma saveur possède un refrain,
Celui de gaver tous les connaisseurs,
Venant de toute part sans ce décevoir.









Venez vous aussi me faire honneur,
Sur le sable parsemée de tables,
Ombragées par des paillasses,
Couverture utile contre la chaleur.

Je sais , qu'il est loin le chemin,
Pour vous conduire a mon repère,
Souvent nous ne prêtons attention,
A ces bonnes choses qui fond honneur,

Moule marinière ou huître crue,
Votre fraîcheur est bonne chère,
Dans nos palets gâté de crudité,
Aux saveurs des plus émerveillé.

JJM