vendredi 22 mai 2009

LE CLOCHARD ET SON SECRET ( nouvelle n 6 )


mirage au dessus des nuages sage


LE CLOCHARD ET SON SECRET

C'est un homme bizarre, celui que l'on nomme clochard. Il surgit de temps à autre pour mendier sa survie. Je le trouve dépourvu de dignité par le manque de propreté due à cette oisiveté qui prime sur son comportement. Si je parle de celui qui vit au jour le jour, avec un laisser-aller permanent, c'est que cet homme est devenu le gardien d'une grotte que personne dans le village n'a su découvrir.
Mon père, dans le passé, a tenté diplomatiquement de visiter son habitation, jamais il n'y a réussi. La simplicité de ce personnage s'est transmise depuis ses ancêtres car son père déjà habitait dans la grotte ainsi que son grand- père. Je tente de sympathiser avec lui pour écouter, avec une vive attention, l'histoire qu'il me confesse.
Je le décrirai comme fruste dans ses pensées, mais j'ai du mal à trouver les justes mots qui correspondent à sa pauvreté d'esprit. Pour moi, il n'a pas d'âge définitif, du moins je le pense ainsi. Une longue barbe rousse, parsemée de poids gris, couvre une grande partie de son visage. Elle n'est pas taillée et sa liberté la fait dévaler jusqu'à son bas-ventre. Sa tête est aussi chevelue que le barbet de la mère Simone. Son nez est grand et ses yeux verts me rappellent ceux d'un serpent. Trois dents jaunes cariées et a demi usées ressemblent à trois piques unilatérales. Sa peau ridée d'une couleur mate ne s'accorde pas avec celle des gens d'ici. Lorsque le me trouve à deux pas de lui, je sens une odeur forte due à sa négligence certaine. J'en éprouve du dégoût mais dans le fond de mon coeur surgit un regain de pitié.
Il ne vient dans le village, que trois fois par semaine pour récolter quelque pitance généreuse. Il est accompagné d'un vieux landau qu'il pousse avec précaution. Certains au village disent qu'il lui sert de pilier car sa stabilité est défaillante. Les autres jours de la semaine , personne n'a l'occasion de le rencontrer, il disparaît dans sa grotte, certaines mauvaises langues ! Je prête attention à tout ce qu'il emporte et trouve que la taille des vêtements ne correspond pas à sa carrure robuste. Tous ces racontars m'intriguent passablement. Le fait de parler d'une grotte réveille en moi un esprit d'aventure. Je tends l'oreille que j'ai ( fine ) et récolte une multitude de renseignements concernant ce clochard. Les vieilles personnes me racontent que pendant l'occupation, à la guerre de 14-18, les Allemands n'ont pas réussi a trouver son habitation, la grotte. Je prends une décision qui n'a rien de remarquable car c'est en le suivant que je réussirai par trouver son refuge. Mon objectif consiste d'abord par me cacher à l'orée du bois, derrière le grand chêne plusieurs fois centenaire.
Le temps me parait long, je regarde dans toutes les directions qui n me laissent voir que la masse grisâtre des pierres du château, entendre le bruit irrésistible du ruisseau environné de verdure. Personne n'apparaît et ma patience n'y résiste pas. Quant enfin il arrive, il me salue comme de coutume, je lui réponds d'un coup de tête... Ma première tentative est une défaite certaine.
Ce n'est que deux jours plus tard que je prends position derrière le cimetière militaire qui se trouve sur sa route habituelle. En vain, je le guette sans pouvoir le rencontrer. Mes tentatives se soldent par des échecs !
Les journées suivent avec une sensation particulier de défaite. Je suis dans la période des vacances de classe et ma perte de temps est sans importance. Mes parents travaillent, mes frères et soeurs se trouvent dans une colonie de vacances, donc je ne rencontre aucun élément pouvant contrecarrer mes projets. Je me fais une promesse : arriver à trouver la fameuse grotte avant la rentrée des classes !
Une nouvelle idée détrône mes ruses qui n'ont pas porté leurs fruits. Je vais chercher dans les archives de la marie ! Mon objectif peut se réaliser car ma famille possède en permanence la clé, je peux pénétrer dans la salle du cadastre et découvrir le passé riche de ses vestiges. Je dispose de nombreux après- midi qui sont accablés d'une chaleur torride. Je feuillette d'innombrables pages jaunies, des croquis déchirés et des plans plusieurs fois pliés . Je ne trouve que des actes qui ne m'avancent à rien dans ma démarche. Aucune grotte ne figure dans les archives. Je place mes espoirs au presbytère, comme je suis servant de messe je peux le faire avec facilité. C'est là que je fais enfin une découverte enrichissante : je tombe sur des archives concernant le château. Me voilà sur une concession qui me donne de précieux renseignement.
L'église figure aussi dans ce chambardement car à chaque changement, les villageois reconstruisent leurs vestiges du passé différemment. Certains parchemins, en reliure dorée, dévoilent de mystérieux souterrains ! Des croquis de voûtes, surmontés d'une armoiries sculptée, sont dessinés à l'encre de Chine. Ces recherches réveillent un nuage de poussière centenaire qui enivre mon odorat. Cette riche découverte m'impressionne profondément à tel point que je me sens gagnant. Je tente de traduire l'écriture que je ne parviens pas à déchiffrer ! Ces inscriptions me plongent dans un brouillard intellectuel qui me laisse devant ma parfaite nullité. Tout doit être écrit en latin ? Je me sens impuissant.
Je recopie le croquis de l'armories, tant bien que mal. Pour moi, c'est la clé du mystère. J'ai des difficultés à représenter la tête de lion avec sa crinière impressionnante, ses dents pointues qui évoquent un rugissement dominateur.
les journées qui se suivent, me promène inlassablement, avec l'espoir de découvrir un indice supplémentaire dans les alentours du château, de la foret contournant le village et le long du ruisseau qui me guide vers une cascade. Je parviens dans une petite clairière où je marque un fraîche jusqu'au coude. Il ne m'a pas remarqué, je reste à l'affût, sur mes gardes ! Sa tranquillité ressemble à celle d'un fauve. J'observe son comportement avec une attention exemplaire. Puis , je m'effraye par ce geste rapide que provoque sa main imbibée d'eau qui se soulève pour laisser retomber dans l'herbe folle une truite frétillante. J'observe ce braconnier qui reprend sa position initiale... Au bout de deux minutes une seconde truite rejoint l'autre ! Voila la façon dont il se nourrit pour survivre. Il se lève, se dirige vers un grand rocher ovale. Ma curiosité est à son comble, je sens que récolter une satisfaction digne de ma persévérance. Je l'observe encore et remarque qu'il pivote avec facilité l'énorme rocher. Une entrée voûtée apparaît et au-dessus j'aperçois l'armorie que j'ai recopiée du parchemin ! Je me gave de contentement, mais il faut que je trouve rapidement un plan d'action.
Le rocher se referme et je me glisse, avec souplesse, jusqu'à celui-ci. Ma main rencontre une pierre lisse comme du verre avec comme seule marque, une tête de lion gravée dans le roc. J'ai trouvé, me voilà devant la clé de la vérité.
Pour pouvoir y pénétrer, je fais attention à ses moindres faits et gestes. Je calcule le temps qu'il met pour sa promenade et la manière employée qui lui permet de faire pivoter cette énorme pierre ovale.
Au bout de deux semaines , mon courage et mes déductions me guident sur le chemin de la grotte. Après le départ du clochard je me place devant le rocher, met ma main sur la tète de lion et fais pivoter l'énorme bloc de pierre. Mon action vient de déplacer un vent doux qui effleure mes cheveux et un grand corbeau s'envole rapidement de l'ouverture. J'évalue la hauteur de la voûte, elle représente deux fois ma personne. J'allume ma torche et me laisse guider par les rayons du faisceau lumineux. Le rocher se referme automatiquement. Me voilà dans une galerie imposante où des voûtes gothiques stylées composent le décor. Ma vue s'engouffre vers la profondeur du néant. Je parviens à une intersection, je marque à la craie rouge un signe en forme de flèche. Je tourne sur ma gauche et fais vingt pas lorsque je me retrouve dans une immense salle où l'écho de mes pas résonne plusieurs fois. Ma torche répercute son éclat sur des éléments éblouissants. Je me heurte à quelque chose qui bouleverse mon coeur et l'ensemble de mes pensées. Des reflets de lumières laissent deviner des ombres de têtes aux yeux brillants ! Je ne dévisage rien de réconfortant dans ces ténèbres ! Et pourtant une sorte de luminosité mystique vient de m'envoûter !
Une puissante force me guide vers elle et me stupéfaction se change en allégresse. Je suis en présence d'ustensiles en or et en argent, sertis de nombreuses pierres précieuses. Ma surprise devant ce trésor troublerons esprit, je suis éberlué ! Je ne peux me rendre compte de la vitesse à laquelle s'est écoulé le temps, ma curiosité profonde m'a guidé vers cette révélation formidable
d'avoir tout oublier.

JJM