samedi 21 mars 2009

UNE MAIN DE PITIÉ ( poésie n 80 )

 UNE MAIN DE PITIÉ


Avec la main et de la terre, il fut façonné.
Pour ne pas rester pierre, il dut se rassasier.
Son entourage l'obligea a s'interroger.
Une conscience vient par se rajouter.
D'un peu de colère, il put disposer.
Ce fut le début de la grande enfournée.
Le voila partant vers son avenir.
Une suite d'aventures que la main a voulu donnée.
Un jeu d'enfer vient s'y rajouter.
En coupant la flore pour se rassasier.
Puis il tua pour sa vitalité.
Se servit de bien de son voisin.
L'injustice naquit et l'inégalité suivit.
La paix revint mais le méchant survécut.
Il grandit et poursuivit ce qu'il aima.
Avec l'aide de sa main, furent coulées des armes.
Les guerres se suivaient, comme un vacarme .
On ne distingua que le mal, voila le vrais charme.
La peur dans l’âme on se questionna.
Avec l'aide de mes mains je sculptais.
Une statue d'homme qui me ressemblait.
En mémoire de tous ceux qui sont tombé, 
Avec comme souvenir cette main qui nous a façonné.




JJM